top of page
Rechercher

Chère anxiété,

Bien que tu m'accompagnes au quotidien depuis la chute de mes dents de lait, ces derniers temps, tu me colles particulièrement à la peau.


T'es comme ce chewing-gum qui a l'audace de venir se coller à la semelle de ma nouvelle paire de Bottega, à se trouver une place bien au chaud entre les rayures, comme si tu y faisais ton nid pour l'hiver. À chaque foulée, tu es là, et malgré ma démarche déterminée, je sens ton impact sous mes pieds.


J'essaye de t'oublier, à coup de CBD et de Rescue spray, mais tu es plus attachée à moi qu'aucun homme ne l'a jamais été. J'ai beau tenter de t'éradiquer, oh crois moi j'ai tout tenté, mais tu as installé tes quartiers en moi dans le plus grand des sang froid.


Les matins et les soirées sont tes moments préférés pour venir te glisser sous mes draps pourtant tout juste repassés.


Tu arrives sans prévenir, sans DM, ni même appels... Et à chaque fois que tu pars, ma plus grande peur et que tu reviennes.


Tu aimes les miroirs, surtout ceux des cabines d'essayages, autant que les notifications de mon app bancaire, et d'un coup d'un seul, tu arrives à me faire taire. Tu t'épanouis en moi comme si tout était permis, sans limites et sans un cri.


Parfois je me surprends à fantasmer d'une vie sans toi, sans ce poids que tu aimes tellement laisser sur ma poitrine, sans ce ballon de foot que tu me jettes dans le ventre et me fait passer pour une victime.


Tu me saoule.


Je ne sais pas à quel moment tu as pensé qu'on serrait un couple équilibré, mais crois moi, tu t'es bien gourée. Tu me coupes la parole sans arrêts, tu justifies ta présence par mon passé, alors que je ne t'y ai jamais autorisé.


Tu m'empêches de trainer chez moi les weekends, de boire plus de 3 shots d'espresso et de manger des pizza, alors que bordel tu sais pas à quel point j'aime ça. Tu as fait de mon corps mon ennemi, et pour ca je ne te pardonnerai pas.


Même si je sais que mon hypersensibilité t'as laissée entrer en moi sans digicode ni caméras, pas de chance pour toi, ton gaslighting ne vaincra pas.


Ma thérapeute est au courant que tu es là, et crois moi, ensemble on t'abolira.


- Larissa



50 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La flemme

Comments


Post: Blog2 Post
bottom of page